Fortement irritée par un article de presse qui s’attaque à la Chambre Nationale de l’Industrie Pharmaceutique Tunisienne (CNIP) et nommément à sa présidente, Mme Sarra Limam Masmoudi, l’UTICA a exposé dans un communiqué sa position quant à la constitution par le ministère de la Santé d’un Comité technique de promotion de l’industrie pharmaceutique. La centrale patronale réitère son attachement au pacte de compétitivité, élaboré avec le gouvernement et sur le point d’être signé, et estime que le comité de pilotage y afférent, prévu, sera l’unique organe de gouvernance qui conduira les réformes.
Si le ministère de la Santé est en droit se doter à titre consultatif d’un comité technique pour tel ou tel aspect, estime l’UTICA, ce comité doit s’élargir à toute partie concernée, y compris la société civile dans sa large diversité, affirmant qu’il ne saurait en aucun cas se convertir en organe de décision.
Défendant les intérêts des entreprises du secteur pharmaceutiques, regroupés à travers leur chambre syndical, il est clair que l’UTICA entend préserver et assumer son statut d’interlocuteur officiel du gouvernement, contractuellement engagé.

Le Comité Technique De Promotion De L’Industrie Pharmaceutique Tient Sa 1ère Réunion


Communiqué de presse
Suite à la parution d’un article intitulé « le Comité Technique de Promotion de l’Industrie Pharmaceutique tient sa 1ère réunion » sur … (un journal électronique),
L’UTICA, à travers sa CNIP Chambre Nationale de l’Industrie Pharmaceutique Tunisienne, représentant officiel de l’ensemble du secteur de l’industrie pharmaceutique locale tient à apporter les précisions suivantes:
La CNIP n’a pas participé à la première réunion dudit comité technique suite à la décision de son Bureau Exécutif et en a officiellement informé les départements concernés du Ministère de la Santé, c’est donc loin d’être une absence surprise comme publié.
L’UTICA dénonce fermement l’attaque portée contre la Présidente de la Chambre et le procès d’intention qui lui est fait quant aux raisons de son absence.
Précisions sur les raisons de l’abstention de la CNIP de prendre part à cette réunion :
Le « comité technique de promotion de l’industrie pharmaceutique » créé le 26 avril dernier par arrêté du Ministère de la Santé pour discuter des problèmes de l’industrie pharmaceutique a été lancé sans concertation avec la CNIP et a inclus une seule association de la société civile dont l’un des membres est par ailleurs dirigeant de … (d’un groupe de presse), et a exclu d’autres associations qui s’activent dans le secteur.
Une association de la société civile, même si ses objectifs tournent autour du secteur de la santé, pourrait exprimer un avis dans un cadre consultatif mais n’a pas vocation à participer à une commission technique appelée à prendre des décisions engageant le secteur.
Par ailleurs, ce comité est créé au moment où la CNIP/ UTICA et le Gouvernement, sous l’impulsion du Ministère de l’Industrie et des PME, s’apprêtent à signer un Pacte de Compétitivité pour la relance de I‘industrie pharmaceutique, basé sur l’engagement du Gouvernement à conduire les réformes nécessaires d’une part et de l’engagement du secteur pour le développement des investissements, de l’emploi, de l’exportation et de la couverture nationale en médicaments d’autre part.
Ce pacte sectoriel qui sera signé par la CNIP/UTICA et le Gouvernement servira de feuille de route sur le court et moyen terme.
Le Comité de Pilotage qui sera créé à la signature du pacte sera l’organe de gouvernance qui conduira les réformes.
Le pacte sectoriel de l’industrie pharmaceutique, à l’image d’autres pactes sectoriels entre l’UTICA et le Gouvernement, s’inscrit dans une démarche globale sur l’ensemble des secteurs de l’économie tunisienne.

Laisser un commentaire