Les grandes sociétés pharmaceutiques sont toujours, naturellement, les grands dépensiers de la R&D pharmaceutique, et les chiffres sont impressionnants: l’année dernière, et pour la première fois, les 15 plus grandes sociétés (en termes de ventes) ont consacré plus de 100 milliards de dollars à la recherche, et nous avons également a vu la FDA approuver plus de médicaments que jamais auparavant.

Big Pharma devrait avoir une tape dans le dos, non? Eh bien, oui et non: la FDA avait en quelque sorte un arriéré de médicaments de 2017 qui a contribué à faire passer 2018 à plus d’approbations, et certaines des façons dont elles ont classé les approbations ont également légèrement flatté les chiffres (voir notre rapport ci-dessous).
Le décompte de plus de 50 nouvelles entités moléculaires est impressionnant et provient des moteurs de R&D bien financés des sociétés des sciences de la vie; mais plus tôt cette année, un nouveau rapport de l’Institut IQVIA pour les sciences des données humaines a montré qu’en fait, les grandes sociétés pharmaceutiques (celles qui réalisent plus de 10 milliards de dollars de ventes annuelles de médicaments) ont vu leur part de R&D passer de 31% à seulement 20% en la dernière décennie.

Et quand il s’agit de médicaments vraiment nouveaux, innovants et passionnants en préparation, le rapport a révélé que les plus petites biotechnologies frappent bien au-dessus de leur poids.

L’année dernière, nous avons vu 59 nouvelles thérapies obtenir le coup de pouce sous la direction du (maintenant ex) commissaire de la FDA, Scott Gottlieb, MD. En revanche, les sociétés biopharmaceutiques émergentes sont à l’origine de 38 des 59 thérapies (64%).

Company Budget R&D as percentage of revenue
Roche 19,3
Roche 11 060 000 000
Johnson & Johnson 13,2
Johnson & Johnson 10 800 000 000
Merck 23
Merck 9 750 000 000
Novartis 17,5
Novartis 9 074 000 000
Pfizer 14,9
Pfizer 8 006 000 000
Sanofi 17,1
Sanofi 6 961 000 000
Bristol-Myers Squibb 23
Bristol-Myers Squibb 6 345 000 000
AstraZeneca 27
AstraZeneca 5 932 000 000
Eli Lilly 22,5
Eli Lilly 5 307 100 000
GlaxoSmithKline 12,6
GlaxoSmithKline 5 196 000 000

 

Le rapport indique que «l’importance des grandes sociétés pharmaceutiques dans les molécules d’origine diminue», mais elles «restent des partenaires importants» pour la biotechnologie. Pourtant, ils voient la nécessité pour les biopharmas plus petits de faire équipe avec les grandes sociétés pharmaceutiques – et leurs grandes équipes de vente – diminuer.

“La dynamique du développement, des fusions et acquisitions et des activités de licences semble changer, et les entreprises émergentes gardent le contrôle de leurs actifs dans une plus grande mesure”, ont écrit les auteurs du rapport.

À cela s’ajoute le fait que, selon l’indice, les sociétés biopharmaceutiques émergentes (celles qui dépensent moins de 200 millions de dollars par an en R&D et dont le chiffre d’affaires est inférieur à 500 millions de dollars) représentent 72% de toutes les activités de pipeline en phase avancée, contre 61 % il y a une décennie.

Roche, J&J, Novartis et autres sont toujours les grands garçons inégalés en ce qui concerne les budgets de R&D, avec une fois de plus Roche en tête avec 11 milliards de dollars de dépenses en R&D l’année dernière (même si cela inclut également son activité de diagnostic).

Les noms et les chiffres ne changent pas beaucoup au fil des ans (en fait, Roche, qui est au sommet depuis quelques années maintenant, a perdu près d’un demi-milliard de dollars en dépenses de R&D depuis 2016), mais il y a un grand exception: Sanofi, qui a signé plusieurs transactions et fusions et acquisitions dans le domaine des biotechnologies, a augmenté de plus d’un milliard de dollars en deux ans, passant de 5,45 milliards de dollars en 2016 à 6,6 milliards de dollars en 2018, alors qu’elle tente de se remettre en oncologie, qui semblait s’éloigner. de.

Merck mérite également un cri: alors que son budget de R&D était en baisse par rapport à l’année dernière (quand il a dépensé 10,33 milliards de dollars), ses 9,75 milliards de dollars l’ont placé au troisième rang, devant Novartis, en termes de dépenses globales, passant de 7,19 milliards de dollars, quand il était le cinquième plus gros investisseur en R&D de Big Pharma, en 2016. Cela coïncide avec plus de 1 000 essais pour sa star du médicament contre le cancer, Keytruda.

Avec plus d’approbations et un grand nombre de têtes de série en R&D, il est facile de penser que les grands garçons font tout le gros du travail, mais comme le rapport IQVIA l’a constaté, n’oubliez pas les équipes plus petites avec des budgets ultra-serrés qui continuent de dépasser leurs rivaux Big Pharma. – Ben Adams