En attendant l’installation officielle de l’Agence nationale des produits pharmaceutiques dans les prochains mois, le ministre délégué à l’Industrie pharmaceutique prépare une batterie de mesures pour donner un nouveau souffle à la production nationale.

L’un des leviers de soutien à cette industrie qui s’essouffle est la mise en place d’un couloir vert pour faciliter l’enregistrement des médicaments fabriqués localement, dont la priorité est donnée aux biosimilaires et ceux qui sont strictement importés, a déclaré Lotfi Benbahmed, lors d’une visite effectuée jeudi au Salon international de pharmacie et parapharmacie (Siphal), qui prendra fin demain.
Le marché principal concerne les médicaments dits éthiques (prescrits et brevetés). Les pays industrialisés consomment la majeure partie des médicaments produits et ont orienté les priorités de recherches vers les médicaments qui y sont très utilisés (contre le diabète, les cancers, les problèmes cardiovasculaires…).
L’élaboration de nouveaux médicaments et l'amélioration de médicaments existants, ainsi que leur fabrication et leur vente font intervenir un grand nombre d’acteurs métiers dont nous avons divisé les activités en six secteurs :
1. La recherche et le développement préclinique
2. Le développement d'un médicament
3. Les affaires réglementaires
4. La production
5. La qualité
6. La commercialisation
Les grandes sociétés pharmaceutiques sont toujours, naturellement, les grands dépensiers de la R&D pharmaceutique, et les chiffres sont impressionnants: l'année dernière, et pour la première fois, les 15 plus grandes sociétés (en termes de ventes) ont consacré plus de 100 milliards de dollars à la recherche, et nous avons également a vu la FDA approuver plus de médicaments que jamais auparavant.
Une quinzaine d’entreprises de santé, dont PHARMACONSULT , seront présentes à Lyon, du 6 au 9 février 2020 pour cette 24ème édition du Mondial des métiers.


En 2019, le stand des industries de santé a accueilli plus de 2 500 jeunes.

Transformation digitale, foisonnement des innovations thérapeutiques, renforcement de la réglementation… Les enjeux des industries de santé sont stratégiques et les métiers évoluent en permanence.

Pour la 16ème année consécutive, les entreprises du secteur viennent à la rencontre des étudiants pour leur présenter les métiers émergeants ou en transformation, les compétences recherchées et les nouvelles filières de formation scientifique et technique (du bac professionnel aux diplômes de 3ème cycle).
Rubraca (rucaparib) est le troisième anti-PARP à avoir l’AMM en monothérapie pour le traitement d’entretien de patientes atteintes d’un cancer épithélial de haut grade de l’ovaire, des trompes de Fallope ou péritonéal primitif, sensible au platine et récidivant, qui sont en réponse complète ou partielle à une chimiothérapie à base de platine.
Le rucaparib est comme olaparib (Lynparza) et niraparib (Zejula) un inhibiteur des PARP (poly-ADP ribose polymérase), qui jouent un rôle dans la réparation de l'ADN. L’inhibition de l’activité enzymatique de PARP et le piégeage de complexes PARP-ADN, entraînent une augmentation des lésions de l’ADN, l’apoptose et la mort cellulaire de lignées tumorales. Le cancer de l'ovaire (5 200 nouveaux cas diagnostiqués chaque année en France et 3 500 décès à ce jour) est souvent diagnostiqué tardivement avec un mauvais pronostic. Environ 70 % des femmes atteintes d'une forme avancée feront une rechute trois ans après un traitement de première ligne par chirurgie et chimiothérapie.
1 2 3 9