• 10 Av H Bourguiba Imm Zephyr B 3-1 , 2080 Ariana ,Tunisie
  • 9h-16h, du lundi au vendredi

Magazine

ESPACE MÉDIAS : Actualités Médical § L’actualité des entreprises du médicament en MENAT

A Lyon, le laboratoire VirPath vient de publier les résultats de son travail. Spécialiste du "repositionnement" de médicaments, il teste des médicaments déjà existants contre les infections virales. Une combinaison de médicaments aurait prouvé son efficacité pour combattre le Coronavirus Covid-19.

Le laboratoire lyonnais VirPath est spécialisé dans le "repositionnement" de médicaments depuis une dizaine d'années. Le principe: puiser dans la pharmacopée déjà existante et "en exploiter les effets secondaires". Depuis le débat de la crise, le laboratoire recherche des molécules déjà existantes, capables de lutter efficacement contre le coronavirus. Les chercheurs de ce laboratoire travaillent notamment avec une "chimiothèque" composée de près de 1500 principaux médicaments, couramment utilisés dans le monde contre d'autres pathologies mais qui pourraient avoir un effet sur le Coronavirus Covid-19.
Medicago, une entreprise biopharmaceutique dont le siège social est situé à Québec, a annoncé aujourd'hui avoir produit avec succès des particules pseudo-virales (PPV) du coronavirus en seulement 20 jours après avoir obtenu le gène du virus SRAS-CoV-2 (causant la maladie COVID-19). La production de ces PPV est la première étape du développement d'un vaccin contre la COVID-19 qui fera maintenant l'objet de tests précliniques pour évaluer son innocuité et son efficacité. Une fois ces tests terminés, Medicago prévoit discuter avec les agences de santé compétentes pour lancer des essais cliniques humains du vaccin d'ici l'été (juillet/août) 2020.
Le « patient de Londres », atteint du Sida depuis 2003, est en rémission depuis trente mois consécutifs. Les médecins ne détectent plus de virus dans son corps, ce serait donc le deuxième patient à guérir du Sida, dix ans après le « patient de Berlin ».
Celui qu'on appelle le « patient de Londres » est le deuxième patient à avoir « guéri » du Sida, dix ans après le premier. Son cas est décrit dans la revue médicale The Lancet HIV.


Les dernières analyses, réalisées le 4 mars 2020, montrent que le matériel génétique du virus est indétectable dans le plasma du patient (seuil de sensibilité : 1 copie par millilitre de plasma) mais aussi de liquide cérébrospinal, ainsi que dans les tissus intestinaux et lymphoïdes, et cela depuis trente mois consécutifs !
Selon les scientifiques, les vestiges du matériel génétique du virus intégré dans le génome des cellules ne pourront pas reformer des virions viables et peuvent être considérés comme des « fossiles » de la maladie.
Un deuxième succès pour la greffe de cellules souches hématopoïétiques
Un banal traitement à la chloroquine, médicament couramment utilisé contre le paludisme, a montré des signes d'efficacité contre le coronavirus, a assuré mardi à l'AFP Didier Raoult, directeur de l'Institut Méditerranée Infection à Marseille, en s'appuyant sur les résultats d'une étude clinique chinoise.

"Nous savions déjà que la chloroquine était efficace in vitro contre ce nouveau coronavirus et l'évaluation clinique faite en Chine l'a confirmé", explique le professeur Raoult, spécialiste renommé des maladies infectieuses, en commentant la première publication sur cette étude clinique de trois chercheurs chinois dans la revue BioScience Trends.

"Finalement, cette infection est peut-être la plus simple et la moins chère à soigner de toutes les infections virales", ajoute le directeur de cet institut hospitalo-universitaire très impliqué dans la détection du nouveau coronavirus en France.